​Samedi 20 mars 2021, 20h30, lieu à déterminer

Programmation à venir

Dimanche 21 mars 2021, 18h, lieu à déterminer

Ensemble Selva di Flauti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VENEZIA-LONDON

Les frères Bassano, de Venise à Londres

 

“O, the recorders! Let me see one… 'Tis as easy as lying: govern these ventages with your fingers and thumb, give it breath with your mouth, and it will discourse most eloquent music.” (William Shakespeare, Hamlet)

 

Durant toute la Renaissance, les riches villes italiennes, Roma, Verona, Bologna et Venezia, la Sérénissime, emploient de nombreux instrumentistes à vent (Piffari), qui sont souvent aussi compositeurs ou facteurs d’instruments.

Originaire du village de Bassano del Grappa, la famille Bassano s’établit à Venise dans les premières années du XVIe siècle. Maestro Jeronimo est alors chef des Trombe e Piffari du Doge et plusieurs de ses fils jouent lors des processions et cérémonies fastueuses de la Scuola di San Marco.  

L’Odhecaton, premier recueil de musique imprimé par Ottaviano Petrucci en 1501, diffuse les compositions des grands maîtres franco-flamands de la polyphonie Josquin des Prés, Isaac, Ockeghem, dont de nombreuses chansons (J’ay prise amours) et basses danses (Tandernaken, La Spagna)

Dès 1520, les six frères (Jacomo, Gasparo, Alvise, Giovanni, Antonio et Baptista) effectuent plusieurs séjours à Londres où leurs talents leur ouvrent les portes de la cour. Une lettre d’Edmund Harvel à Thomas Cromwell, ministre d’Henry VIII, datée de 1539, évoque la difficile négociation avec le Doge pour libérer les Bassano de leurs obligations ; c’est donc sans passeport et avec tous leurs instruments que les frères quittent définitivement la Sérénissime.

En avril 1540, Henry VIII engage officiellement à son service « Alvise, Jasper, John, Anthony et Baptista de Bassani, frères dans la science ou l’art de la musique », et les installe comme instrumentistes de la Cour et facteurs de « divers instruments de musique ». L’intérêt du roi pour la musique est avéré : à son décès en 1547, l’inventaire fait état de plus de 250 instruments dont 77 flûtes traversières, 76 flûtes à bec, un luth vénitien et 19 violes…

Les cinq frères puis leurs descendants constituent le noyau du « Consort of flutes » à la cour d’Henry VIII, puis d’Elisabeth Ière, et enfin à celle de Jacques Ier jusque dans les années 1630. Ainsi, lors des funérailles d’Elisabeth en 1603, sept flûtistes, dont cinq membres de la famille Bassano font partie des musiciens.

Les deux premières générations de Bassano ont contribué à diffuser les madrigaux de Verdelot ou Palestrina et l’art de la diminution développé par Silvestro Ganassi et les virtuoses vénitiens, tel leur cousin Giovanni Bassano, cornettiste, flûtiste et maître de chapelle à San Marco.

D’autres musiciens italiens sont actifs à Londres ; leur musique a tant de succès, qu’en 1588, Nicholas Yonge publie Musica Transalpina, recueil de madrigaux des meilleurs auteurs italiens (dont Alfonso Ferrabosco Senior), traduits en anglais « au bénéfice de ceux qui ont plaisir à la Musique des voix ». 

De nombreuses allusions, telles que les personnages d’Antonio et de Bassanio dans Le marchand de Venise semblent attester des relations entre les frères Bassano et William Shakespeare. Emilia, fille de Baptista, aurait été la Dark Lady des sonnets… Elle en serait peut-être même l’auteure, voire, selon certains, celle de nombre de pièces attribuées à Shakespeare…

Sans prendre parti dans ces polémiques, le programme de ce concert souhaite simplement évoquer en musique l’histoire de cette dynastie de flûtistes qui a traversé l’Europe du XVIe siècle.

 « Oh, les flûtes ! Montre m’en une…

C’est aussi facile que mentir : contrôle ces trous avec tes doigts et le pouce,

donne-lui de l’air et elle jouera la musique la plus éloquente. »

(William Shakespeare, Hamlet)

 

 

PROGRAMME

De l’atelier de Petrucci à la cour d’Henry VIII

T’Andernaken                                      Petrus ALAMIRE (1470-1536)                      

J’ay prise Amours                                   Anonyme

Heinrich ISAAC

Johannes JAPART (ca. 1460 – ca. 1507)

La Spagna                                            Josquin DES PRÉS (ca. 1450-1521)                           

 

Italia mia                                             Philippe VERDELOT (ca. 1480-1552)          

Pavana El Bisson                                   Anonyme (début XVIe siècle)                                   

La Gamba                                           Vicenzo RUFFO (1508-1587) 

La mia vita liberale                                Anonyme

La Brava                                              Vicenzo RUFFO

 

Sound out my voice (Vestiva I colli)            Giovanni Pierluigi da PALESTRINA (ca. 1525-1594)

(Musica Transalpina)

Passaggiato da Giovanni BASSANO (1558-1617)

           

Her Majesty’s Musicians

Pavan & Gagliard                                 Augustine BASSANO (? -1604)

Lullaby, my sweet little baby                     William BYRD (1543-1623)

In Nomine à 6                                       Christopher TYE (c.1505-c.1572)

In Nomine “Crye”                                 Christopher TYE

 

So far from my delight                             Alfonso FERRABOSCO I (1575-1628) - Musica Transalpina

Fantasia                                                Hieronimus BASSANO (1559-1635)

Out from the vale                                    John WARD (1571-1638)       

 

SELVA DI FLAUTI

Mayliss Balestic, Céline Cozien, Claire Daniel,

Claire Michon, Pierre Nénez, Thomas Thiébaud, flûtes à bec

Elsa Papatanasios, chant

 

L'ensemble Selva di Flauti rassemble six flûtistes et une chanteuse autour des polyphonies européennes des XVe et XVIe siècles.

 

Chansons profanes et sacrées, motets et fantaisies constituent un répertoire avant tout vocal mais dont l'interprétation en famille de flûtes (consort) est une pratique avérée à l'époque.

 

Jouant plus d'une trentaine de flûtes à bec de toutes tailles, copies d'instruments originaux dont la variété témoigne des recherches des facteurs d'instruments à la Renaissance, les musiciens donnent vie à une véritable forêt de flûtes qui n'est pas sans rappeler l'orgue et qui offre un éclairage unique sur le savant enchevêtrement des voix, rendant ainsi justice à un répertoire par trop méconnu.

« Qui peut enrôler la forêt, faire se déraciner les arbres ? O doux présages ! »

 

L’ensemble joue plusieurs consorts de flûtes à bec réalisés par Francesco Li Virghi d’après des instruments originaux des musées de Vienne et Bologne (Hier.S., Rafi) et d’après les traités de Michael Praetorius et Sebastian Virdung.

Selva di Flauti bénéficie du soutien du pôle Aliénor et du conservatoire de Grand-Poitiers par le prêt gracieux d’une partie des instruments.

Ce programme a bénéficié d’une aide au projet de la DRAC Nouvelle-Aquitaine.

Selva di Flauti.jpg
ANNULE